Histoire et patrimoine

Davron et son histoire

Avec ses 595 ha et ses 300 habitants, la commune de Davron n'est pas la moins importante en surface, mais seulement l'une des moins peuplées de l'arrondissement de Saint Germain en Laye. La richesse de son sol et la présence de très belles sources ont fait que depuis plusieurs millénaires des hommes ont séjourné sur cette vieille terre de Davron.

En effet, de nombreuses tribus néolithiques ont chassé et défriché, laissant en témoignage de leurs présences, un outillage de pierres taillées ou polies. Et puis, plus tard, sont venus s'installer les Gallo-Romains, semant, eux aussi, l'empreinte de leur présence avec des emplacements de villas et la découverte de monnaies - de 62 à 264.

A cette époque, Davron s'appelait en latin "Davero" sans doute du nom d'un propriétaire Gallo-Romain. Il ne semble même pas exclu qu'un petit temple ait été élevé à la gloire de quelque dieu antique. Plus tard, mais plus près de nous, les Carolingiens placeront Davron en tant que bien d'église, sous la dépendance de l'Abbaye de Saint Denis. Il restera d'ailleurs, jusqu'à la Révolution Française, sous la domination d'Abbayes, telles que l'Abbaye Bénédictine de Josaphat, (près de Chartres) des Chanoines de Saint Victor à Paris et enfin de la compagnie de Jésus que l'on a coutume d'appeler "Les Jésuites".

L'église actuelle, faisant suite à une petite chapelle carolingienne, sera édifiée entre 1098 et 1115, par Nivard de POISSY, seigneur de Davron, qui la dotera même de la dîme de Feucherolles, ce qui ne manquera pas de soulever de nombreux problèmes au cours des temps.



Les seigneurs de Widevile, n'auront jamais sous leur domination que la moitié de Davron, le reste relevant des Abbayes. Parmi les plus connus citons : Claude Bullion, surintendant des Finances de Louis XIII, qui lança les pièces d'or appelées Louis! La Duchesse de la Vallière, petite nièce de Louise de la Vallière, la célèbre carmélite, et enfin la famille d'Uzes.

Ainsi, Davron a vécu au cours des siècles uniquement de son activité agricole, mais avec les temps modernes, la grande majorité de ses habitants prend, chaque jour, voiture et autobus pour se rendre à son travail à Paris ou en banlieue.

Cependant, la conservation des habitudes rurales n'est pas son moindre charme.

André Dezouche

Histoire du blason

Le blason comporte 4 principaux symboles :


  1. Écartelé d’azur, au lion d’or, issant de trois fasces ondées d’argent.

On y voit un lion levé sur ses 2 pattes arrières, de profil. Il est symbole de courage, de force et de vigilance. Sa langue sortant de la gueule, courbée et arrondie à l’extrémité, symbolise le verbe divin et le « Son primordial »

Ce lion est celui de Claude de Bullion qui se fît construire le château de Wideville vers 1635. De 1632 à 1640 il est surintendant des finances sous Louis XIII, pour satisfaire aux demandes d’argent de Richelieu il crée entre autres le louis d’or pour une refonte de la monnaie (augmentation de la taille, émission d’emprunt).


      2. Écartelé d’argent à trois corneilles de sable membrées et becquetées d’or :

 Symbole de Longue vie et constance, symbole de permanence et messager divin, il est l’oiseau « annonciateur » par excellence.

Présents sur les vitraux de l’église, de la chapelle de Wideville, et sur les armoiries de la famille Gallard.


      3. Écartelé d’argent bandé de gueule accompagné de 6 coquilles.

Bande : pièce honorable, posée diagonalement. Rappelle le baudrier du chevalier.

Coquilles : toujours vues de l’extérieur.  Symbole du cœur. 

Par mariage avec une Mme Vincent, les coquilles St Jacques se retrouvent sur les armoiries de Claude de Bullion.

Par la présence des coquilles sur la vierge du château de Wideville, la croix St Jacques et la rue du même nom, Davron a été probablement une étape pour les pèlerins de St Jacques de Compostelle.


      4. Écartelé d’azur à une gerbe de blé d’or.

Les épis de blé représentent l’abondance et la multiplication. C'est également le symbole de celui qui est doué de vertu et de bonnes qualités, de douceur et d’humilité.

Ici la gerbe de blé symbolise la ruralité, vocation encore contemporaine de la commune de Davron.


Sites historiques

L'église Sainte-Madeleine de Davron : 


L’église actuelle fait suite à une petite chapelle carolingienne.

C’est en 1098, sous le règne de Philippe 1er, que débutera sa construction, qui s’achèvera en 1115, sous Louis VI le Gros.

L’église était consacrée à Sainte Madeleine. Elle fut construite par Nivard de Poissy.

Elle est typiquement romane par sa construction.  Elle a une croix latine dans le sens Orient-Occident. La nef unique mesure vingt trois mètres, du portail au chœur. Elle est couverte d’une voûte de bois en berceau, qui a été refaite plusieurs fois au cours des temps. 

Les deux petites chapelles situées près du chœur, sont dédiées à Sainte Madeleine et à Saint Louis. Primitivement cette seconde chapelle était consacrée à Saint Blaise, patron secondaire de la Paroisse.

Comment ne pas penser au très remarquable vitrail, situé au-dessus du portail d’entrée, offert en 1550 par la famille Guignard. Mais au cours du temps, l’église a connu des moments difficiles. Pendant la Révolution Française, elle fut transformée en atelier de fabrication de salpêtre. De ce fait, le mobilier ancien disparût et les ornements sacerdotaux furent pillés.


Le cimetière :


Le cimetière se situait autrefois sur la place de l'église.
Son installation actuelle, chemin de Montainville, a été réalisée en deux temps.

Le 15 mai 1838, la famille Bonnet fait le don à la commune d'un premier terrain de 5 ares 10 centiares (partie droite du cimetière actuel). Jean-François Vienne était le Maire de l'époque.
Cette donation a été réalisée dans l'étude de Maître Azan, notaire de Crespières. L'acte précise que la portion de terre est destinée à former le cimetière de la commune et parallèlement de laisser la place libre à côté de l'église en place publique.
Le reste du terrain, 6 ares 18 centiares (la partie gauche), a été donné à la commune le 21 janvier 1889 par le Marquis de Gallard. Son gendre Philippe Marie Hector Vicomte de Gallard était le Maire de l'époque.
Après validation des donations des terrains, le cimetière a été définitivement clôturé.

Des travaux de maçonnerie ont été réalisés pour refaire le mur autour du nouvel emplacement. La grille d'entrée actuelle date également de cette même époque, fin du dix-neuvième siècle.
A partir de janvier 1900, une grande opération de remaniement a été faite pour obtenir le cimetière actuel.


La croix St Jacques : 


Cette croix de chemin est située au sud de Davron sur le chemin aux boeufs. Elle fut édifiée en 1876 par le marquis Hector de Galard, propriétaire du château de Wideville et alors maire de Davron. Le socle et la base sont toujours au même emplacement mais la croix, brisée par la tempête de  décembre 1999, a été repositionnée.



Le lavoir Saint Blaise :


Situé à côté du Tennis, le lavoir est l'oeuvre de l'architecte parisien Sanson. Il date de 1893. Il est composé d'un bassin rectangulaire et d'un autre carré. Sur trois des côtés, les laveuses étaient protégées par un auvent. A l'époque, c'était un lieu de rencontre pour les femmes. Un abreuvoir à bestiaux de mêmes dimensions jouxte le lavoir et témoigne de la vocation agricole de Davron, étape sur le «chemin aux boeufs» qui conduisait au marché à bestiaux de Poissy.

 

Histoire des noms de rues :


  • Rue Hautement : Du nom de Hoteman, maître d’hôtel du roi Louis XIII qui avait acheté une ferme à Davron.
  • Rue de Thiverval : Rue allant vers Thiverval.
  • Rue St Jacques : Par la présence des coquilles sur la vierge du château de Wideville, la croix St Jacques et la rue du même nom, Davron a probablement été une étape pour les pèlerins de St Jacques de Compostelle.
  • Chemin aux bœufs : Servait à emmener les bœufs aux abattoirs de Poissy.
  • Rue des 4 fermes : présence de 4 fermes autour.
  • Rue de Bullion : Du nom de l'un des seigneurs de Wideville, Claude Bullion, surintendant des Finances de Louis XIII, qui lança les pièces d'or appelées LOUIS.
  • Rue de Wideville : Rue se terminant par le château du même nom.
  • Chemin de Montainville : Le village de Montainville se trouve entre la Maladrerie et Mareil sur Mauldre.
  • Chemin des Tournelles : petites tours de guet qui se trouvaient au bout du chemin dans un angle du mur du château.
  • Rue des Rousselines : Les Rousselines sont des hirondelles.


Histoire complète

Retrouvez, sur cette page, toute l'histoire de Davron écrite par Mr André Dezouche, ancien Davronnais et passionné d'histoire.